joandcom
Amitiés Amour

Les relations toxiques : ça te parle ?

Hello 🙂 

Aujourd’hui je voudrais aborder avec toi un sujet qui me tient particulièrement à cœur, et pour cela j’aimerais commencer en te posant une question : As-tu déjà entendu parler des personnes ou de relations toxiques ?

Si tu as évolué dans un milieu dans lequel les relations étaient plutôt saines, peut-être tu n’as jamais eu à confronter des relations de ce type. Mais si ce mot fait écho en toi et que tu te poses des questions, tu es au bon endroit. J’aimerais commencer par te livrer mon cœur et te parler d’une situation que j’ai vécu.

 

« Tous les jours les mêmes silences. Les mêmes disputes. Les mêmes reproches et le même sentiment de culpabilité. »

Voilà ce qui caractérisait mon quotidien. En classe de terminale, j’ai fait la connaissance d’une jeune femme que j’appellerai pour l’histoire Marie. Marie était une personne intellectuellement brillante mais plutôt discrète, timide voire renfermée aux premiers abords. De nature curieuse, j’ai rapidement cherché à lui poser des questions pour en apprendre plus sur elle, sur qui elle était et ce qu’elle vivait. J’ai vite compris qu’elle n’était pas heureuse, que son entourage était plus que compliquée et ses relations amoureuses chaotiques. Elle s’est très vite attachée à moi et m’a montré une affection énorme voire débordante. Je ne peux pas dire que c’était dérangeant, se sentir aimé est toujours très agréable. Et puis je l’appréciais moi aussi, du fond du coeur ! Notre amitié n’a fait que grandir pendant près de 8 mois. On a tout fait ensemble. On s’est promis d’être amies toute notre vie, c’était le genre de relation infaillible qui nous fait accrocher des cadenas sur le pont des arts.
Un jour, certains de mes camarades de classe ont un jour eu le courage de venir me parler. Ils étaient triste d’avoir l’impression de me perdre de vue et m’ont fait comprendre que je passais 100% de mon temps avec Marie. Cette relation commençait à m’exclure des autres sans que je m’en rende compte. J’étais attristée et comme j’appréciais sincèrement mes camarades, j’ai  essayé de m’ouvrir à nouveau. Erreur fatale. Marie l’a très vite compris et ne l’a pas supportée.
Le cauchemar a alors commencé et à durer près de 6 mois. Elle m’en demandait toujours plus, plus de moments à deux, plus d’attentions envers elle. Il fallait non seulement que je réponde à ces messages dans la minute mais aussi que je lui en envoie, énormément. Comme ce n’était jamais suffisant, elle a arrêtée de manger. Sa perte de poids a fini par devenir visible au point où mes camarades m’en faisaient la remarque. Au lycée, elle était de plus en plus froide. Moi qui ait tant besoin de communiquer, surtout en cas de conflits, je me heurtais chaque jours à un mur impénétrable. Ses mots étaient marqués de reproches ou de plaintes “De toute façon je n’ai pas le choix, c’est comme ça, c’est la vie, je vais souffrir comme d’habitude”. Un jour, en cours, mes yeux sont tombés sur son poignet et j’y ai aperçu une grande entaille. J’étais bouleversée et je me sentais en même temps très en colère… Que cherche-elle à faire ?? Plus je cherchais à me réintégrer avec les autres, plus ses crises s’intensifiaient, au point de me faire du chantage au suicide. Tous les jours, c’était la même boule au ventre. Je revivais le même schéma dans lequel je me sentais coupable, triste, en colère.
L’écriture étant mon seul exutoire, je bombardais mes cahiers en essayant de comprendre ce qu’il se passait en moi. J’écrivais des choses comme “Elle est d’une susceptibilité extrême / Elle est bipolaire (…) Je suis fatiguée qu’elle m’en demande tout les jours un peu plus, épuisée de ses crises de jalousies à n’en plus finir. Je sens que je vais craquer, et pas à moitié… (…) je commence à avoir peur d’elle (…) je veux qu’elle me laisses respirer, j’ai l’impression qu’elle m’étrangles lentement et c’est insoutenable (…) Un jour je vais éclater, un jour je vais arrêter de m’excuser, pour elle, pour tout et pour rien (…) c’est du sadisme, mes journées sont comme de la torture. Je n’en peux plus.”
A ce moment là, j’étais encore incapable de qualifier cette relation de toxique. Puis un jour, les crises de jalousies ont atteint un stade tellement grand que je me suis fait du mal à moi-même. J’ai pris peur et j’ai alors décidé d’en parler. Il m’a ensuite fallu des mois, beaucoup de soutien et d’amour pour réussir à sortir de cette relation. J’ai appris en tâtonnant à mettre des limites à Marie, à prendre du recul, à ne plus rentrer dans ce jeu psychologique destructeur. Refuser la culpabilité qu’elle voulait me mettre sur les épaules a été très dur. Mais j’ai réussi à sortir la tête de l’eau et respirer à nouveau. Aujourd’hui, le contact est totalement rompu et je ne sais pas ce que Marie est devenue. Si ce n’est plus un souvenir douloureux pour moi, cela a néanmoins laissé des traces sur lesquelles je travaille encore.

Pourquoi je te raconte ça ? Je me suis rendue compte que ce que j’ai vécu n’est que trop courant. Se pourrait-il que toi aussi, dans ton entourage, tu ai ce genre de relations toxiques ? Si mon histoire se déroule dans le cadre d’une amitié, peut-être que tu vis ça dans ta famille ou au sein de ton couple ? Si oui, j’aimerais te partager comment j’ai réussi à sortir de cette relation et quelques conseils.

Si tu as vécu une situation dans laquelle tu sais ou tu penses avoir été en face d’une personne ou une relation toxique, n’hésite pas à me partager ton témoignage.

A très vite !

Jo

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *