joandcom
Gestion des conflits Outils

Apprendre à résoudre un conflit en 4 points

Hello toi !

Et si on s’aventurait dans un domaine assez touchy, celui des conflits… Je ne te pose même pas la question si tu as déjà connu des conflits car qui n’en a jamais connu ? Avoir des divergence d’opinions ou des reproches à faire à quelqu’un, c’est normal ! Nous avons tous des vécus, des caractères et des opinions bien différentes. Mes questions pour toi sont plutôt :

  • As-tu déjà préféré te taire par peur de t’énerver face à ton interlocuteur ?
  • T’es-il déjà arrivé de te sentir frustrée face à une situation et ne pas savoir comment en parler à la personne concernée ?
  • As-tu parfois eu du mal à formuler une critique de peur de blesser ton interlocuteur ?

Si la réponse est oui, cet article est fait pour toi ! Il y a certains moments où on n’arrive pas à parler à notre interlocuteur pour une raison ou une autre. Dans certaines relations, on peut également retomber dans les mêmes disputes sans arriver à les prévenir ou mieux les gérer. Cela entraîne inévitablement des conséquences dans la communication. Les frustrations s’accumulent, les discussions deviennent de plus en plus difficiles et après même, ces conflits entraînent une rupture de la relation. Pour régler un conflit, il n’y a pas 36 000 facons de faire, il faut communiquer. Bien sûr ce n’est pas inné et je ne cesserai de le répéter : bien communiquer, ça s’apprend ! Mais la bonne nouvelle c’est que tu n’es pas toute seule dans ce défi. J’aimerais te présenter aujourd’hui un outil qui m’a énormément aidé. Cette outil est une méthode nommé « DESC ».

Une méthode imparable pour résoudre les conflits

Le but de cette méthode est de t’aider à mieux communiquer. Ce n’est pas une méthode magique mais pour l’avoir essayé de nombreuses fois, elle fait vraiment ses preuves. Pour moi, c’est un vrai facilitateur de communication qui calme le jeu et permet de dire ce que l’on ressent sans s’écraser. Elle permet :

  • En amont : d’éviter des disputes et des conflits en parlant dès que l’on ressent des frustrations de façon répétées. Elle donne la possibilité de discuter calmement de nos divergences, des solutions possibles et ainsi éviter les éclats de voix (et de verres parfois…)
  • En aval : de relancer la communication suite à un conflit de façon non-violente en essayant d’exprimer ce que l’on ressent afin de trouver des solutions pour les 2 personnes.

Cette méthode s’appuie sur 4 grands points, très important dans la façon dont on va construire notre discours. Je te propose de développer ces 4 points et d’y ajouter des exemples pour que tu puisses comprendre de quoi il s’agit.


joandcom

1 – Décrire les faits

Si une personne t’as blessé ou énervé, tu es en droit de lui dire, mais pas n’importe comment. Il est important que tu te bases sur des faits réels pour donner ton ressenti. Pourquoi ? Simplement parce que l’accueil que va faire l’autre à tes paroles va dépendre de la façon dont tu lui dis. Si tu enclenches une discussion avec plein de reproches du type “TU es comme ci…” “tout est de TA faute”, il y a peu de chance que la discussion aboutisse. Ton interlocuteur risque de se sentir attaqué, critiqué, rejeté et va donc chercher à se protéger. Selon sa personnalité, il risque de te renvoyer des reproches en retours, de s’enfermer dans le silence ou bien encore de fuir la discussion. Se baser sur des faits est donc la meilleure façon d’enclencher une discussion sans que cela devienne un dialogue de sourds. Il est important que tu puisse exprimer ce qu’il s’est passé dans la situation sans pour autant il y a porter un jugement.

Ex : Hier, pendant la réunion avec tout le comité, tu m’as dit la chose suivante (…) devant tout le monde, alors que je déroulais ma présentation.

A noter : Vouloir régler un conflit c’est bien, mais encore faut-il avoir l’attention de la personne en face de soi. Donc n’oublies pas ! Choisir le cadre et le moment pour une discussion de ce genre est primordial. Je te conseille donc de commencer par proposer à la personne de parler dans un endroit calme et propice à l’échange. Assure toi bien qu’elle est disponible et apte à t’écouter avant de te lancer.  

A garder en tête : FAITS – OBJECTIVITÉ – CADRE


joandcom

2 – Exprimer ses Émotions

Cette partie est extrêmement importante bien que, je te l’accorde, difficile. Exprimer nos émotions n’est déjà pas évident mais quand il s’agit d’émotions comme la colère, la frustration, on peut vite s’emporter. La meilleure façon d’exprimer ses émotions sans agresser l’autre est de parler à la première personne. De cette façon, ton interlocuteur ne pourra pas se sentir agressé car tu parles de ton ressenti. De plus il ne pourra pas nier ce que tu dis car tu parles de quelque chose qui te concerne toi et que tu es la seule à pouvoir définir.

Exemple : tu peux remplacer une phrase comme « tu m’énerves » par « je suis énervée car ce n’est pas la première fois que ça arrive » ou encore “tu es égoïste !” par “je me sens blessée par ce que tu fais, j’ai l’impression que tu ne penses pas à moi”.

A garder en tête : ÉMOTIONS – JE M’EXPRIME –


joandcom

3 – Spécifier des Solutions

Vient ensemble une étape cruciale, bien souvent oublié quand on se dispute et on finit par passer à autre chose. Ici, le but est de mettre en mode “résolution de problème”. Tu as exprimé avant des sentiments plutôt négatifs, le but dans cette partie est de redonner une touche positive à la discussion. Pour cela, tu peux commencer par lui parler de tes besoins : “J’ai besoin de sentir que tu me fais confiance”. Tu peux ensuite tout à fait suggérer à ton interlocuteur des solutions communes. Le but est de trouver un terrain d’entente gagnants gagnants où les deux parties vont se sentir satisfaits. C’est le moment où tu peux indiquer ce que tu veux voir modifier pour que le problème ne revienne plus. N’impose pas tes solutions, mais réfléchis avec la personne à des idées pour le conflit n’arrive plus.

Ex : “J’aurais besoin que tu viennes pas me faire des remarques de ce que je dois faire ou ne pas faire. Est-ce que tu es ok avec ça ?

”Écoute, on va pas pouvoir continuer à fonctionner comme ça, voilà ce que je te propose / qu’est ce que tu me proposes ?”

A garder en tête : SOLUTIONS – ACCORD – SOUPLESSE – HUMANITÉ


joandcom

4 – Conséquences et Conclusion

Dans la partie de conclusion, l’idée est de dire à la personne quelles conséquences positives cela aura sur toi si la situation change. Et dans l’autre sens également, tu peux lui dire quels seraient les inconvénients si le problème se présentait à nouveau. Tu peux t’aider de ces questions :

  • Quel est l’intérêt pour lui / elle d’adopter ma solution ?
  • Qu’est-ce que vous pourriez tous les deux y gagner ?
  • Quelles sont les conséquences négatives à ne pas opter pour cette solution ?

Ex : “Cela nous aidera à mieux travailler ensemble et réussir ce projet” “J’aurais envie de passer du temps avec toi à nouveau” ou également “Si cette situation recommence, voici ce qu’il risque de se passer…”

A garder en tête : ACCORD – OBJECTIF COMMUN – PAIX

Voilà, j’espère que cette méthode pourra t’aider 😉

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *